Chez royaumedafrique.fr, nous ne croyons pas à l’illusion de tailles prédéfinies. Chaque corps est différent et mérite une tenue tout aussi unique. Du coup, pour utiliser ce guide, nous vous recommandons de plutôt utiliser vos mensurations en cm (comme expliqué ci-dessous) plutôt que des tailles 38,44 ou XL ou autre. À partir de là, sélectionner une taille pour votre commande et chaque créatrice pourra alors s’assurer de faire une tenue PARFAITE pour VOUS ! 

guide de taille homme et femme 

FEMME - ROBES ET HAUTS  

Guide de taille femme hauts et robes

FEMME  -  PANTALONS, JUPES ET SHORTS

Guide de Taille Femme - Pantalons, Jupes et Shorts

FEMME - MAILLOTS DE BAIN

Guide de Tailles Femme - Maillots de bain

FEMME - SOUTIENS GORGE

Guide de Tailles Femme - Soutiens-gorge
Guide de Taille Femme - Soutiens-gorge
Guide de Taille Femme - Soutiens-gorge
Guide de Tailles Femme - Soutiens-gorge

HOMME - CHEMISES

Guide de Tailles Chemises Homme

HOMME - TEE-SHIRTS, POLOS, SWEATS ET PULLS 

Guide Tailles Homme - Tee-shirts, polos, sweats et pulls

HOMME - VESTES, BLAZER, BLOUSONS ET MANTEAUX

Guide de Tailles Homme - Blousons, vestes, parkas et manteaux 

HOMME - PANTALONS ET SHORTS 

Guide de Tailles Homme - Pantalons et shorts

ENFANT - BÉBÉ

Guide de Tailles Enfant - Bébé

ENFANT - FILLE

Guide de Tailles Enfant - Fille

ENFANT - GARÇON

 Guide de Taille Enfant - Garçon

ENFANT - CHAUSSURES

Guide de Taille Enfant - Chaussures

FEMME - CHAUSSURES 

Guide Taille Femme Chaussures

HOMME - CHAUSSURES

Guide de Tailles Homme Choses

TOUT SAVOIR SUR LE CAMEROUN

VUE D'ENSEMBLE

Le nom du pays dérive du terme utilisé par les explorateurs portugais pour désigner le fleuve Wouri. Atteignant la côte camerounaise près de la ville portuaire moderne de Douala vers 1472, ces explorateurs ont nommé le fleuve Rio dos Camaroes ("fleuve des crevettes") en raison de la variété d'écrevisses qu'ils y trouvaient. Ce nom a ensuite été appliqué à la zone côtière située entre le mont Cameroun et le Rio Muni.

Le Cameroun a des traditions culturelles, religieuses et politiques régionales distinctes, ainsi qu'une variété ethnique. La division du pays en deux mandats de la Société des Nations, l'un britannique et l'autre français, après la Première Guerre mondiale, a créé des régions anglophones et francophones. La région anglophone est constituée des provinces du Sud-Ouest et du Nord-Ouest, où l'anglais pidgin (Wes Cos) est la lingua franca et où l'anglais est enseigné à l'école. Le système éducatif et les pratiques juridiques s'inspirent de ceux de l'Angleterre. La région francophone comprend les huit provinces restantes, où le français est la langue véhiculaire, le système scolaire français est utilisé et le système juridique est basé sur le droit écrit de l'Europe continentale. Cette région est dominante en nombre et en puissance. Les tensions entre les deux régions ont augmenté après l'introduction d'un système politique multipartite dans les années 1990.

La région anglophone est divisée en deux régions culturelles. Les peuples Grassfields de la province du Nord-Ouest sont constitués de près de cent chefferies, chacune dirigée par un roi divin (fon). La plupart de ces chefferies ont des systèmes de parenté patrilinéaires ou à double descendance, bien que certains groupes, comme les Kom, soient matrilinéaires. La polygynie et la fertilité sont des valeurs culturelles importantes, bien que cela varie selon la richesse et l'éducation. L'organisation sociale et la culture des Grassfielders sont étroitement liées à celles des Bamiléké francophones de la province de l'Ouest. Comme les Bamilékés, les Grassfielders sont souvent en opposition avec le gouvernement central.

Les peuples de la province du Sud-Ouest avaient des systèmes de gouvernance et d'organisation sociale moins hiérarchisés. Les Britanniques ont nommé des chefs mandataires pour faciliter leur domination coloniale et, dans de nombreux cas, la population s'est ralliée à ces chefs pendant la période postcoloniale. Les peuples de la province du Sud-Ouest comprennent les Bakweri, qui vivent le long des pentes du Mont Cameroun. Les Bakweri pratiquent des rites de guérison et d'initiation dans des associations d'esprits médiums qui distinguent les rôles masculins et féminins et entre le village et la brousse.

Dans la zone francophone, le nord, majoritairement musulman, se distingue culturellement du sud, majoritairement chrétien et animiste. La zone nord comprend trois provinces : Adamoua, Nord, et Extrême-Nord. Depuis le djihad mené par un religieux islamique en 1804, la région du nord est culturellement dominée par les Peuls. Les Peuls urbains sont réputés pour être des clercs de la branche sunnite de l'islam. La plupart des Fulani sont des éleveurs de bétail. Un sous-groupe important est constitué par les Bororo'en, connus pour la taille de leurs troupeaux de bovins. Avec leurs collègues haoussas, ils pratiquent le commerce de bétail sur de longues distances. Les autres groupes ethniques du nord comprennent les Mandara, les Kokoto et les Arab Choa. Les principales cultures sont le coton et le millet.

La plupart des populations du sud sont chrétiennes ou ont des pratiques religieuses animistes traditionnelles. Les provinces du Centre, du Sud et de l'Est sont caractérisées par une forêt tropicale dense. Le Centre et le Sud sont culturellement dominés par les peuples Beti, qui comprennent les Ewondo, Eton et Bulu, et sont linguistiquement et culturellement apparentés aux Fang du Gabon. Ils sont patrilinéaires, cultivent des plantes racines et des arachides pour leur propre consommation, et cultivent le cacao comme culture de rente. Les Ewondo se sont convertis très tôt au catholicisme. Le président actuel est Bulu, et de nombreux auteurs éminents sont Beti. Les peuples de l'Est comprennent les Maka et les Gbaya, tous deux ayant des formes d'organisation sociale relativement égalitaires dans lesquelles la réciprocité est une valeur clé.

La sylviculture et la culture du tabac sont d'importantes sources de revenus. La province de l'Est abrite également les Baka, un groupe de pygmées (fourrageurs) de la forêt tropicale d'environ trente mille à quarante mille personnes vivant dans de petits campements qui échangent des produits forestiers avec les agriculteurs voisins. La province du Littoral se trouve dans la région de la forêt pluviale côtière, au sud-ouest. Elle comprend la plus grande ville, le port de Douala, et la zone industrielle, hydroélectrique et minière de bauxite près d'Edéa. Les principaux groupes ethniques sont les Duala et les Bassa.


La partie sud de la zone francophone comprend la région des hauts plateaux de la province de l'Ouest, où vivent les Bamiléké et les Bamoun. Tous deux sont culturellement proches des Grassfielders. Les Bamiléké représentent environ 25 % de la population. Sur les riches sols volcaniques, ils cultivent des cultures vivrières et du café. La population est dense et les Bamiléké ont servi de réserve de main-d'œuvre au XXe siècle, ce qui a donné lieu à une importante population urbaine d'émigrés ayant l'esprit d'entreprise. Cette importante population urbaine est très présente dans le commerce et l'enseignement supérieur. Depuis la conversion du Sultan Njoya à l'Islam au début du vingtième siècle, les Bamouns sont un peuple largement musulman. Le sultan Njoya, un homme d'une intelligence hors du commun, a développé un alphabet original et a écrit une histoire de son peuple et de sa dynastie.

Le sentiment d'une culture nationale commune s'est créé à travers l'histoire partagée, la scolarisation, les fêtes et symboles nationaux, et l'enthousiasme pour le football. Cependant, la spécificité ethnique demeure, et l'identité ethnique est devenue une source de capital social de plus en plus importante au cours des années 1990.

Situation et Géographie du Cameroun

Le Cameroun est situé au bord du golfe de Guinée, sur la côte ouest de l'Afrique. Sa superficie est de 179 527 miles carrés (465 000 kilomètres carrés). Le Nigeria se trouve à l'ouest, le Tchad et la République centrafricaine à l'est, et la République populaire du Congo, la Guinée équatoriale et le Gabon au sud. Le climat est chaud et humide dans les régions forestières du sud et de l'ouest, plus frais dans la région des Grassfields des provinces de l'ouest et du nord-ouest, et plus chaud et sec dans la savane et le sahel du nord. La capitale, Yaoundé, se trouve dans la province du Centre. Elle a connu une croissance rapide et des conflits croissants entre les groupes d'immigrants (en particulier les Bamilékés) et les autochtones Beti.

Démographie

La population en 1987 était de 10 498 655 habitants ; elle était estimée à près de 14 millions en 1997. En 1987, 46 % de la population avait moins de quinze ans. La population augmente à un taux annuel moyen de près de 3 %, avec une mortalité en baisse et une fécondité élevée. Trente-huit pour cent de la population vit dans des centres urbains.

Il n'existe pas de chiffres de population fiables pour les principaux groupes culturels. Les Bamilékés représentent environ 25 % de la population totale, et les habitants du nord, y compris les Fulanis, environ 20 %. Ces deux groupes ont également les taux de fécondité les plus élevés.

Affiliation linguistique

Le français et l'anglais sont les langues officielles. Les quelque deux cent cinquante langues locales comprennent l'ewondo et le bulu, le duala, les langues bamiléké et le fulfulde. Parmi les moins instruits, le dialecte Wes Cos de l'anglais pidgin fonctionne comme une lingua franca dans la zone anglophone et dans de nombreux quartiers de Douala. Le français et l'anglais sont tous deux enseignés à l'école, mais seuls ceux qui ont suivi un enseignement secondaire les maîtrisent. La plupart des gens parlent au moins une langue locale et une langue officielle, et beaucoup de gens sont multilingues.

Symboles Nationaux

Le drapeau comporte trois bandes verticales égales de couleur verte, rouge et jaune, avec une étoile dorée à cinq branches au centre de la bande rouge. Les bandes représentent les trois grandes zones géographiques : le vert pour la forêt tropicale, le rouge pour les sols en latérite de la savane et le jaune pour les sables du sahel. L'hymne national commence par les mots O Cameroun, berceau de nos ancetres ("Oh, Cameroon, cradle of our ancetres"), reflétant l'importance des ancêtres et de la parenté et le désir de forger une communauté imaginaire avec une ascendance commune. Le sentiment d'unité nationale est le plus fort chez les écoliers et est souligné depuis la fin de la guerre froide.

HISTOIRE ET RELATIONS ETHNIQUES

Émergence de la Nation

Avant la colonisation, le Cameroun était un territoire composé de zones climatiques diverses, peuplé par une variété de peuples et de polities. Les États musulmans du Nord commerçaient avec les marchands transsahariens et les peuples arabes. Les peuples côtiers du sud commerçaient avec les marins portugais et hollandais à partir de la fin du XVe siècle. En 1884, le Cameroun est devenu un protectorat allemand (Kamerun). Les Allemands ont été vaincus par les forces britanniques et françaises en 1916, et le territoire a été divisé entre ces nations en 1916. En 1922, les zones française et britannique deviennent des mandats de la Société des Nations, les Français contrôlant plus de 80 % du territoire national. Ces zones ont été transformées en tutelles des Nations Unies en 1946. La frontière entre les zones française et britannique traversait les territoires de plusieurs groupes ethniques, notamment les Bamilékés et les Grassfields des hauts plateaux occidentaux. Cela a servi d'impulsion à la réunification de ces zones au moment de l'indépendance. Le Cameroun français (Cameroun) est devenu indépendant en 1960, et après un plébiscite en 1961, le Cameroun britannique a obtenu son indépendance. La partie méridionale du territoire britannique rejoint la République fédérale du Cameroun, tandis que la partie septentrionale, ethniquement unie aux États à cité haoussa, rejoint le Nigeria. En 1965, le Cameroun passe sous le régime du parti unique. Il a été rebaptisé République unie du Cameroun en 1972 et République du Cameroun en 1984.

Identité Nationale

Une culture nationale a d'abord été formée par des puissances extérieures à travers la colonisation. Même les différences culturelles régionales sont apparues à l'origine pendant les périodes de mandat et de tutelle. Le sentiment d'identité nationale commune est particulièrement fort dans les principales institutions de socialisation telles que les écoles et lors des matchs de football internationaux, des visites de dignitaires étrangers et des périodes de conflit international. Ahmadou Ahidjo, un musulman originaire de la ville de Guider, dans le nord du pays, qui a été président de l'indépendance jusqu'en 1982, a tenté de favoriser l'intégration nationale en affectant des fonctionnaires dans des régions situées en dehors de leur pays d'origine. Son successeur, Paul Biya, est un catholique du peuple Bulu (Beti) de la province du Sud. En 1983 et 1984, des tentatives de coup d'État présumées par les fidèles d'Ahidjo ont conduit à la loi martiale et à des tensions ethniques entre les groupes des régions du nord et du sud. Depuis la légalisation du multipartisme en 1992, les partis politiques sont de plus en plus associés à des groupes ethniques ou des régions spécifiques.

Relations ethniques

En plus des distinctions régionales et ethniques, des coalitions et des tensions existent au niveau local. Les habitants des régions du nord sont collectivement appelés "nordistes" par leurs compatriotes du sud et partagent certains attributs culturels liés à leur religion islamique. Les peuples anglophones et francophones des Grassfields (Grassfielders, Bamiléké, et Bamoun) partagent des attributs communs et ont pratiqué leur propre diplomatie inter-foyers pendant plusieurs siècles. En février 1992, des violences entre les ethnies arabes Choa et Kokoto lors de l'inscription sur les listes électorales ont entraîné la mort de plus de cent personnes. La violence a resurgi deux ans plus tard, conduisant plus de mille personnes à se réfugier au Tchad. Dans les Grassfields des provinces du Nord-Ouest et de l'Ouest, l'interdépendance et les conflits entre agriculteurs et éleveurs coïncident avec l'ethnicité. L'ethnicisation de la politique des partis et l'importance croissante de l'ethnicité par rapport aux revendications économiques ont conduit à des conflits entre les populations "autochtones" (indigènes) et les populations migrantes.

URBANISME, ARCHITECTURE ET UTILISATION DE L'ESPACE

Les principales villes sont Douala (le centre maritime et industriel), Yaoundé (la capitale), Nkongsamba (le point d'arrivée du chemin de fer à travers les plantations du sud de la période coloniale), Maroua et Garoua, Bafoussam et Bamenda (les capitales provinciales des provinces de l'Ouest et du Nord-Ouest), Kumba et Limbe. Yaoundé possède plusieurs monuments à l'unité nationale.


La plupart des villages et des petites villes des zones rurales ont un marché dans un endroit central qui peut abriter un marché hebdomadaire, bihebdomadaire ou quotidien, selon leur taille. La plupart des marchés ont des zones séparées pour les produits des femmes (fruits et légumes et huile de palme) et les produits des hommes (bétail et viande de brousse). Les bâtiments officiels sont souvent situés près de ces marchés ou le long de l'axe central qui traverse les petites villes.

L'architecture varie selon les régions. Dans la forêt tropicale et les Grassfields, les bâtiments rectangulaires en poto-poto (plâtre de terre sur une structure en bois) et en briques de terre crue avec un toit en chaume de palmier ou en tôle ondulée sont courants. L'architecture traditionnelle des Grassfields était construite en "bambou" (les épines des feuilles de palmier raphia) ; les bâtiments carrés ou rectangulaires avec des portes coulissantes étaient coiffés de toits de chaume coniques. Les poteaux des portes royales étaient ornés de sculptures élaborées. L'architecture traditionnelle du nord comprend des bâtiments ronds en terre crue couronnés de chaume. Les enceintes murées comprennent généralement un grenier séparé. Dans tout le pays, des structures construites en briques de béton, avec des toits en tôle ondulée et des grilles en fer, ont remplacé les autres formes de logement.

Une grande partie de la vie quotidienne se déroule dans des espaces publics tels que les cours des complexes polygynes. L'intimité est souvent suspecte, surtout chez les peuples qui croient fermement aux pouvoirs malveillants et occultes.

ALIMENTATION ET ÉCONOMIE

La nourriture dans la vie quotidienne. Le partage de la nourriture cuisinée est l'un des principaux moyens de cimenter les relations sociales et d'exprimer la grande valeur accordée à la compagnie humaine. Le partage de la nourriture et des boissons est une preuve d'hospitalité et de confiance. Les réseaux de soutien social entre parents et amis, en particulier entre les habitants de la campagne et leurs proches vivant en ville, sont maintenus ensemble de manière symbolique par des dons de nourriture cuite et non cuite.

On peut voir des sacs de haricots, de maïs ou d'arachides "de chez nous" sur le toit des taxis-brousse qui circulent entre la campagne et les centres urbains.
Les repas consistent en une céréale ou une racine cuite accompagnée d'une sauce ou d'un ragoût. Dans les régions du sud, les principaux aliments de base sont les racines comme le manioc, le cocoyam et les plantains ; dans la savane humide et les prairies, le maïs et les plantains ; et dans le nord aride, le sorgho et le millet. Le riz et les pâtes sont devenus populaires. Les aliments de base peuvent être bouillis, pilés ou frits ; le plus souvent, ils sont transformés en une bouillie épaisse façonnée en boules oblongues. Les sauces sont généralement à base d'huile de palme et de cacahuètes moulues. Les légumes tels que les légumes verts, le gombo et les courges sont courants. Les piments, les oignons, le gingembre et les tomates sont des condiments populaires. Du poisson ou de la viande séchés ou frais peuvent être inclus dans la sauce. Les fruits non cuits comme les bananes, les mangues, les papayes, les oranges et les avocats sont des en-cas et des desserts populaires ; ils ne sont pas considérés comme faisant partie des repas.

Dans de nombreuses régions, les hommes et les invités mangent avant les femmes et les enfants. Le lavage des mains fait partie de l'étiquette des repas. Qu'elle provienne d'un plat séparé ou d'un pot commun, une petite boule de bouillie est formée par trois doigts de la main droite, puis trempée dans la sauce. L'occidentalisation a conduit les familles à manger ensemble autour d'une table commune, en utilisant des couverts et des couverts séparés.

Les tabous alimentaires varient selon les ethnies. Les Bassa de la province du Littoral servent un plat gastronomique de steaks de vipère à la sauce noire, mais seuls les hommes les plus âgés des Ewondo (Beti) de la province du Centre peuvent manger de la vipère. Les totems de certains clans, guérisseurs ou dynasties royales sont tabous pour certains membres de certains groupes ethniques.

Coutumes alimentaires lors des cérémonies

Lors de la visite d'un invité d'honneur, d'un mariage ou d'un enterrement, un poulet, une chèvre, un mouton ou un bœuf est servi aux invités. Des boissons spéciales, comme le vin de palme et la bière de mil, ainsi que des boissons gazeuses en bouteille, de la bière et du vin, sont servies à ces occasions. Chez les Bamiléké, dans le cadre des festivités du couronnement, le chef suprême nouvellement installé sert cérémonieusement à chaque sujet une poignée de haricots mélangés à de l'huile de palme pour symboliser la capacité du chef à assurer la nourriture et la fertilité dans son royaume.

Économie de base

Le pays est fondamentalement autosuffisant sur le plan alimentaire, bien que la distribution de la nourriture soit variable. Des famines saisonnières se produisent dans le nord aride. Le produit national brut (PNB) par habitant était de 610 $ en 1996. De 1990 à 1996, le PNB a diminué et a connu de légères augmentations depuis lors. Le Cameroun a un excédent commercial mais croule sous les dettes. L'agriculture, y compris la production de cultures vivrières et de rente comme le café, le cacao et le coton, emploie près des deux tiers de la main-d'œuvre. De nombreuses personnes produisent principalement pour elles-mêmes, vendant le "surplus" sur les marchés locaux.

Régime foncier et propriété

Chez les Peuls, la terre est héritée de façon patrilinéaire. Dans les Grassfields, la terre est détenue par les fons, les droits d'usage étant dévolus à des patrilignages et matrilignages spécifiques. Dans tout le pays, la privatisation de la propriété foncière s'accentue. L'accès aux titres fonciers privés dépend de l'argent, de la compréhension de la bureaucratie et des relations. Les femmes, principales productrices de cultures vivrières, sont souvent désavantagées lorsque la terre est privatisée.

Activités commerciales

Dans les villes, on trouve des épiceries et des magasins de produits secs. Les restaurants et les bars, les taxis et le travail domestique impliquent une proportion croissante de la main-d'œuvre.

Principales industries

Les principales industries comprennent l'exploitation minière et le traitement de l'aluminium, la foresterie et la fabrication de boissons. Le pétrole est une source importante du revenu national.

Commerce

Le bois, le café, le cacao, le coton et l'huile de palme sont les principales exportations. Les partenaires commerciaux sont la France, le Nigeria, les États-Unis et l'Allemagne. Les principales importations comprennent les biens de consommation, les produits semi-finis, les minéraux, les équipements industriels et de transport, les aliments, les boissons et le tabac.

La division du travail

La division du travail est largement déterminée par l'éducation formelle (pour les fonctionnaires) et le sexe. Il existe une certaine spécialisation par groupe ethnique, comme l'élevage par les Fulani, la boucherie et le commerce de la viande par les Hausa, et le transport par les Bamiléké.

STRASTIFICATION SOCIALE

Classes et castes

Il existe un haut degré d'inégalité sociale. Chez les Peuls, les Grassfields, les Bamilékés et les Bamouns, l'organisation sociale traditionnelle comprenait des relations hiérarchiques entre les membres de groupes de statuts différents (royauté, noblesse, roturiers et esclaves). D'autres groupes ethniques ont une organisation sociale plus égalitaire dans laquelle l'âge et le sexe sont les principaux facteurs de stratification sociale. De nouvelles formes d'inégalité sociale basées sur l'accès au pouvoir politique et le niveau d'éducation formelle coexistent avec les formes indigènes de stratification. Bien qu'un style de vie cosmopolite se soit développé parmi les riches et l'intelligentsia, les marqueurs de la spécificité culturelle et les obligations envers la parenté et les compatriotes ethniques demeurent. Il existe également des différences régionales en matière de richesse : les régions de l'extrême nord et de l'est ont moins accès aux richesses et aux infrastructures.

Symboles de la stratification sociale.

Les styles de logement diffèrent selon la classe sociale, tant dans les zones urbaines que rurales. Les personnes les plus riches ont des maisons en béton peintes de couleurs vives et entourées de hauts murs. Ces maisons ont des jardins de fleurs et des meubles intérieurs tels que des meubles rembourrés et des armoires. Les plus pauvres vivent dans des maisons en terre avec des toits de chaume ou de tôle ondulée, meublées de façon sommaire avec des lits et des tabourets faits de matériaux locaux. Les styles vestimentaires varient également en fonction de la classe sociale ; les plus riches peuvent s'offrir des chaussures en cuir italien pour accompagner les dernières tenues européennes et africaines, tandis que les plus pauvres portent des enveloppes en tissu et des vêtements de seconde main de style européen. Les plus riches ont tendance à parler le français ou l'anglais même à la maison, tandis que les plus pauvres parlent les langues locales et l'anglais pidgin.

VIE POLITIQUE

Gouvernement

Depuis l'amendement de la constitution en 1992, le Cameroun est un état multipartite. Le pouvoir exécutif est détenu par le président, qui sert pour sept ans et, depuis 1992, pour un maximum de deux mandats.

Leadership et responsables politiques

La période de vingt-sept ans de régime de parti unique a laissé en héritage une culture politique autoritaire. Au niveau national, la direction du gouvernement est assurée par le président et son cabinet. Au niveau local, le préfet (responsable de district) et le sous-préfet sont les fonctionnaires administratifs les plus puissants. Les postes au sein du gouvernement sont déterminés par une combinaison de savoir-faire, de loyauté envers le parti et d'origine ethnique et régionale. Dans de nombreuses régions, les formes locales et nationales de leadership coexistent. Par exemple, les chefferies des provinces du Nord-Ouest et de l'Ouest forment des États dans l'État, les fons partageant le pouvoir avec les fonctionnaires du gouvernement. Certains chefs ont servi de points de ralliement aux groupes d'opposition pendant les crises politiques des années 1990.

Problèmes sociaux et contrôle

Il existe plusieurs forces de police, notamment la police de sécurité intérieure, les gendarmes et la police militaire. Le système juridique combine le système de jurisprudence des Britanniques et le système de droit écrit des Français. Le vol est un crime courant, et le Département d'État américain émet régulièrement des avertissements concernant les bandits dans les régions touristiques des provinces du nord.


Les chefs locaux servent de juges de paix et reçoivent un petit salaire. Officiellement, le droit pénal n'est plus de leur ressort, mais ils règlent souvent les litiges concernant le vol, l'intrusion, les dommages corporels ou les agressions par sorcellerie.
Le droit coutumier combine des formes de résolution des conflits allant des rituels de réconciliation à l'interdiction et à la peine capitale. Une combinaison de discussion et de recours aux oracles est encore utilisée dans la plupart des cultures. Depuis l'ère coloniale, la juridiction des chefs et des conseils locaux s'est érodée. Les mécanismes informels de contrôle social comprennent les ragots, l'ostracisme et la crainte d'un châtiment occulte, ancestral ou divin en cas de méfaits.

Activité militaire

Le Cameroun a un accord de défense bilatéral avec la France. Dans les années 1980 et 1990, l'armée a été impliquée dans des conflits frontaliers avec le Nigeria concernant la péninsule de Bakassi.

PROGRAMMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE CHANGEMENT

Le gouvernement parraine de nombreux programmes d'aide sociale, principalement par le biais des services de développement communautaire et de vulgarisation du ministère de l'Agriculture. Les organisations non gouvernementales (ONG) sont de plus en plus impliquées dans le bien-être social et le développement de la société civile. Leur importance s'est accrue à mesure que les fonctions gouvernementales ont été réduites pendant une période de crise économique et politique.

ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES ET AUTRES ASSOCIATIONS

La plupart des ONG sont de deux types : celles qui se concentrent sur les problèmes sociaux tels que la sensibilisation au SIDA, la distribution de préservatifs et les enfants des rues ; et les associations de développement ethnique qui relient les migrants urbains à leurs villages d'origine, construisent des hôpitaux, des écoles et des ponts "chez eux" et organisent des festivals ethniques urbains. Les associations ethniques sont souvent organisées sous forme d'associations de crédit rotatif, s'appuyant sur une longue tradition d'aide mutuelle dans les zones rurales et urbaines. Elles reflètent l'importance croissante de l'ethnicité dans la politique nationale et locale.

RÔLES ET STATUTS DES HOMMES ET DES FEMMES

Division du travail par sexe

Dans la plupart des régions, les femmes sont responsables de l'alimentation de leur famille. Elles cultivent les aliments de base, tandis que les hommes défrichent la terre et fournissent la viande, l'huile et le sel. Les hommes cultivent les cultures de rente. Parmi les populations pastorales, les hommes gardent le bétail et les femmes transforment les produits laitiers.

Statut relatif des femmes et des hommes

En général, les hommes ont un statut social plus élevé que les femmes. Ils ont plus de droits en ce qui concerne le mariage, le divorce et la propriété foncière dans la plupart des systèmes locaux d'organisation sociale et ont un meilleur accès à la bureaucratie gouvernementale et aux tribunaux. Cependant, les femmes peuvent avoir un pouvoir informel au sein des ménages, renforcé par leur contrôle des activités de subsistance et leur rôle d'intermédiaires avec les ancêtres féminins. De nombreuses femmes occupent une place importante dans l'enseignement supérieur et dans les ministères du gouvernement.

MARIAGE, FAMILLE ET PARENTÉ

Mariage

Dans de nombreux groupes ethniques, les premiers mariages étaient historiquement arrangés avec divers degrés de veto de la part des futurs mariés, mais le choix individuel mettant l'accent sur le compagnonnage devient plus courant. La plupart des groupes du sud préfèrent les mariages exogames, tandis que les Fulanis ont tendance à être endogames. La polygynie est un objectif dans de nombreux groupes, mais elle n'est pas toujours réalisable financièrement. Certaines femmes préfèrent la polygynie à petite échelle pour la compagnie et l'aide mutuelle qu'une coépouse peut apporter.

Unité domestique

L'organisation domestique varie beaucoup à travers le Cameroun. Les complexes polygynes ruraux sont composés d'un homme chef de famille entouré de ses épouses et de leurs enfants. Les épouses et les enfants dorment généralement dans des logements séparés au sein de la communauté. Dans les zones urbaines et rurales, l'éducation des enfants par un parent proche (une sorte de famille d'accueil) est courante.

Héritage

L'organisation de la parenté est très variable, tout comme les règles locales d'héritage. L'héritage des terres est souvent séparé de celui des biens meubles. L'héritage des épouses peut servir d'assurance vieillesse pour les femmes sans enfants adultes, puisque le mariage donne accès à la terre. Dans de nombreux groupes, les titres et les honneurs traditionnels peuvent être hérités.

Groupes de parenté

La plupart des groupes du Nord, comme les Fulani, sont patrilinéaires. L'organisation de la parenté de la plupart des Grassfields, des Bamilékés et des Bamouns est diversement décrite comme patrilinéaire ou à double descendance. Les Kom des Grassfields sont une exception matrilinéaire notable. La plupart des peuples de la forêt sont patrilinéaires.

SOCIALISATION

Soins aux Nourrissons

La procréation est hautement valorisée et les nourrissons font l'objet d'une grande attention quotidienne et rituelle. En général, les nourrissons sont gardés près de leur mère et nourris au sein à la demande. Dès qu'ils peuvent tenir leur tête droite, ils sont portés par leurs frères et sœurs. Les nourrissons dorment généralement avec leur mère. L'arrivée d'un bébé est l'occasion de visites au cours desquelles le nouveau-né est câliné, rebondi, baigné, et on lui parle.

Éducation des enfants

Les croyances et les pratiques concernant l'éducation des enfants varient selon les groupes ethniques. Les points communs incluent l'importance de l'apprentissage par l'exemple et par le jeu et l'imitation des tâches des adultes. On apprend aux enfants à observer astucieusement mais à rester réservés et prudents dans ce qu'ils rapportent. Se souvenir de ses ancêtres, de ses aînés et de ses origines est une préoccupation croissante des parents dont les enfants passent de longues heures dans les écoles publiques et quittent souvent leur terre natale pour trouver du travail dans les centres urbains et dans les plantations industrielles.

Depuis l'indépendance, le pays a atteint un niveau élevé de fréquentation scolaire. En 1994, 88 % des enfants étaient inscrits dans l'enseignement primaire. L'enseignement secondaire est beaucoup moins répandu (27%), les garçons fréquentant l'école secondaire plus fréquemment que les filles. L'enseignement se fait en français et en anglais, bien que la deuxième langue nationale ne soit généralement introduite qu'au niveau secondaire. L'enseignement primaire dure six ans dans les zones francophones et sept ans dans les zones anglophones. L'enseignement secondaire dure sept ans de plus. La fréquentation scolaire est la plus élevée dans les villes, en particulier Yaoundé et Douala, et la plus faible dans les zones rurales. Malgré le niveau relativement élevé de la fréquentation scolaire, 21 pour cent des hommes et 35 pour cent des femmes n'avaient aucune éducation formelle en 1998.

Enseignement supérieur

Bien que moins de 3 % des hommes et 1 % des femmes fréquentent des établissements d'enseignement supérieur, les études supérieures sont largement considérées comme une voie d'ascension sociale. À l'origine, l'Université de Yaoundé était la seule université complète, tandis que les universités régionales étaient spécialisées dans des domaines particuliers. Yaoundé abritait également le Centre universitaire des sciences de la santé, une école de médecine au service de plusieurs pays africains. Dans les années 1990, l'université de Yaoundé a été divisée en plusieurs campus, chacun consacré à un domaine d'étude différent. Les universités régionales sont devenues plus complètes, ce qui a entraîné une certaine décentralisation de l'enseignement supérieur. De nombreuses personnes poursuivent un doctorat à l'étranger.

Étiquette

Les salutations, l'utilisation des noms propres et l'utilisation des noms élogieux sont des éléments importants de l'étiquette quotidienne dans de nombreuses régions du Cameroun. Lors des réunions, chaque personne doit être saluée par son nom ou par une poignée de main. Servir et recevoir gracieusement de la nourriture est un symbole important d'hospitalité et de confiance dans tout le pays. Le respect est accordé aux aînés dans tout le Cameroun. Le protocole concernant la prise de parole et la position assise lors d'une audience avec un chef est très développé dans les régions où la culture est hiérarchisée (Peuls, Bamilékés, Banouns et Grassfields).

RÉLIGION

Croyances religieuses

Les Camerounais ont une variété de croyances religieuses, et beaucoup d'individus combinent les croyances et les pratiques des religions mondiales avec celles de leurs propres groupes culturels. Environ 53 % de la population sont membres de confessions chrétiennes, environ 25 % pratiquent principalement des religions "traditionnelles" et environ 22 % sont musulmans. La plupart des chrétiens vivent dans les régions du sud, et la plupart des musulmans dans le nord. Les missions chrétiennes ont constitué une deuxième couche informelle du colonialisme.


Les religions traditionnelles sont des systèmes de pratiques et de croyances qui s'adaptent aux conditions sociales changeantes. La plupart impliquent la vénération des ancêtres et la croyance que les personnes, les animaux et les objets naturels sont investis d'un pouvoir spirituel.

Praticiens de la religion

Outre les clercs chrétiens et musulmans, les praticiens religieux comprennent les spécialistes des rituels des groupes culturels. Ces spécialistes peuvent être des dirigeants politiques, des médiums spirituels ou des guérisseurs. Leur pouvoir spirituel peut être hérité, appris ou acquis par leurs propres afflictions et guérisons. En général, ils combinent leurs activités religieuses avec d'autres formes de subsistance.

Praticiens de la religion

Pour les musulmans, le pèlerinage à la Mecque est une source d'honneur. Chez les animistes, les lieux saints comprennent souvent des arbres ou des bosquets sacrés, des formations rocheuses inhabituelles et les lieux de sépulture des ancêtres. Ces lieux sont souvent des sites d'offrandes propitiatoires aux ancêtres ou aux esprits.

Les offrandes comprennent des aliments spéciaux, de l'huile de palme, des libations de vin de palme et des poulets. Parmi les monarchies des Grassfields, les lieux sacrés comprennent les sites des anciens palais où sont pratiqués des rituels qui favorisent la fertilité et la bonne fortune de la chefferie.

La mort et l'après-vie

Plusieurs cultures, dont les Bamiléké à l'ouest et les Maka à l'est, pratiquent la divination et/ou des autopsies publiques pour déterminer la cause de la mort. Ces peuples sont particulièrement concernés par les décès causés par la sorcellerie. Dans de nombreuses cultures, un décès est annoncé par des gémissements publics de femmes. Les peuples des prairies enterrent leurs morts rapidement mais observent une semaine de deuil public appelée cry-die. Les proches parents se rasent la tête. Environ un an plus tard, de somptueuses célébrations de la mort honorent le défunt, qui est devenu un ancêtre. La mort est l'occasion des cérémonies les plus importantes des groupes de fourrageurs de la forêt (Baka, Kola et Medzan). L'esprit de la forêt est censé participer aux cérémonies de la mort en dansant sous un masque de raphia. L'honneur et la vénération des ancêtres sont communs à presque tous les groupes. Les ancêtres peuvent être évoqués dans la littérature orale (les Fulani), enterrés dans des tombes élaborées dans la cour familiale (les Ewondo catholiques), ou ré-enterrés et recevoir des offrandes de prière, de nourriture et d'abri (les Bamiléké). Les Peuls, comme les autres musulmans, croient en une vie après la mort, avec des récompenses matérielles pour ceux qui obéissent aux lois d'Allah.

MEDECINE ET SOINS DE SANTÉ

Les soins de santé se composent de traitements biomédicaux, de pratiques traditionnelles (souvent étroitement liées à la religion traditionnelle) et de la médecine islamique, selon diverses combinaisons qui dépendent de la croyance, du coût, de la proximité et des conseils des parents et des voisins.

Les établissements de soins biomédicaux sont fournis par le gouvernement national et les missions chrétiennes, ainsi que par des médecins privés. Il existe des centres de santé, des centres de santé maternelle et infantile (offrant des soins prénataux, d'accouchement, de santé des bébés et des enfants de moins de cinq ans), ainsi que des hôpitaux privés, généraux et centraux. Dans les centres de santé ruraux, les infirmières jouent souvent un rôle direct dans le diagnostic et le traitement, et pratiquent des opérations chirurgicales. Les pharmaciens sont une source importante de conseils biomédicaux. Les vendeurs de médicaments sur ordonnance donnent également des conseils aux patients et à leurs familles, bien que leur compréhension de la maladie puisse différer de celle des médecins et des pharmaciens.

Les praticiens traditionnels comprennent les herboristes, les rebouteux, les devins et les spécialistes des rituels qui peuvent implorer les esprits ou les ancêtres. Ces praticiens s'adaptent aux conditions changeantes en incorporant de nouvelles idées et de nouveaux médicaments dans leurs pratiques. On constate une tendance à la prédominance des herboristes et des traitements individuels, au détriment des spécialistes des rituels et des traitements communautaires. De nombreux praticiens se spécialisent dans le traitement d'affections particulières. Les patients consultent volontiers des praticiens de différents groupes culturels.

Le système médical islamique est dérivé de sources arabes et gréco-romaines. Ces praticiens sont non seulement des sources importantes de traitement pour les musulmans du Nord, mais ils sont également populaires parmi les autres peuples. De nombreux non-musulmans cherchent à se protéger du mal en affichant des symboles de bénédictions islamiques dans leurs maisons.

CÉLÉBRATIONS LAÏQUES

Les célébrations laïques telles que le Nouvel An (1er janvier), la Journée de la jeunesse (11 février), la Fête du travail (1er mai) et la Fête nationale (20 mai) comprennent des défilés publics auxquels participent des fonctionnaires, des loyalistes du parti vêtus de tissus commémoratifs portant les insignes du parti, des écoliers et des troupes de danse.

ARTS ET SCIENCES HUMAINES

Soutien aux Arts

Les artistes sont pour la plupart autosuffisants, bien que 7 % du budget national ait été consacré aux activités récréatives et culturelles en 1996 et 1997.

Littérature

Les Peuls sont connus pour leur littérature orale : poésie, histoire, contes, légendes, proverbes, formules magiques et devinettes. Depuis la période coloniale, la littérature écrite a eu une forte histoire dans les régions du sud. Les auteurs d'Ewondo et de Douala ont contribué aux classiques de la littérature africaine moderne.

Arts graphiques

De nombreux groupes produisent des poteries, des textiles et des sculptures qui sont utilisés comme objets domestiques quotidiens. Les Grassfielders (y compris les Bamiléké et les Bamoun) sont réputés pour leurs étoffes royales bleues et blanches, leurs calebasses richement perlées et leurs sculptures comprenant des reliquaires royaux. Les Bamoun sont connus pour leurs sculptures en bronze à cire perdue. Les arts graphiques des groupes pastoraux tels que les Fulani et les Haoussa sont largement liés à l'élevage du bétail.

Arts du spectacle

Les styles de musique et de danse sont essentiels à la célébration des funérailles, des mariages et de la succession à des postes élevés.

ÉTAT DES SCIENCES PHYSIQUES ET SOCIALES

En plus du système universitaire, il existe un certain nombre d'institutions de recherche appliquée et fondamentale dans le domaine des sciences physiques et sociales. Beaucoup sont gérées et financées en coordination avec les institutions de recherche des pays donateurs, des Nations Unies ou des ONG. Les sciences sociales sont populaires parmi les étudiants universitaires. En raison de l'insuffisance des ressources bibliothécaires, les étudiants ont formé leurs propres organisations pour créer des bibliothèques spécifiques à un sujet, entièrement gérées par les étudiants.

 

ARTICLES CONNEXES

COMMENT LAVER UN TISSU AFRICAIN ?

En raison du processus de conception, le tissu imprimé africain est délicat et nécessite un entretien approprié pour éviter de perdre son éclat. Voici quelques points à garder à l'esprit...

En savoir plus

TOUT SAVOIR SUR LE SÉNÉGAL

Aujourd'hui nous parlerons du royaume de la Téranga. La région  faisait autrefois partie de l'empire ouest-africain du Mali, du Ghana et du Tekrur. Découvrez notre guide ultime sur le Sénégal, territoire...

En savoir plus

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré