Chez royaumedafrique.fr, nous ne croyons pas à l’illusion de tailles prédéfinies. Chaque corps est différent et mérite une tenue tout aussi unique. Du coup, pour utiliser ce guide, nous vous recommandons de plutôt utiliser vos mensurations en cm (comme expliqué ci-dessous) plutôt que des tailles 38,44 ou XL ou autre. À partir de là, sélectionner une taille pour votre commande et chaque créatrice pourra alors s’assurer de faire une tenue PARFAITE pour VOUS ! 

guide de taille homme et femme 

FEMME - ROBES ET HAUTS  

Guide de taille femme hauts et robes

FEMME  -  PANTALONS, JUPES ET SHORTS

Guide de Taille Femme - Pantalons, Jupes et Shorts

FEMME - MAILLOTS DE BAIN

Guide de Tailles Femme - Maillots de bain

FEMME - SOUTIENS GORGE

Guide de Tailles Femme - Soutiens-gorge
Guide de Taille Femme - Soutiens-gorge
Guide de Taille Femme - Soutiens-gorge
Guide de Tailles Femme - Soutiens-gorge

HOMME - CHEMISES

Guide de Tailles Chemises Homme

HOMME - TEE-SHIRTS, POLOS, SWEATS ET PULLS 

Guide Tailles Homme - Tee-shirts, polos, sweats et pulls

HOMME - VESTES, BLAZER, BLOUSONS ET MANTEAUX

Guide de Tailles Homme - Blousons, vestes, parkas et manteaux 

HOMME - PANTALONS ET SHORTS 

Guide de Tailles Homme - Pantalons et shorts

ENFANT - BÉBÉ

Guide de Tailles Enfant - Bébé

ENFANT - FILLE

Guide de Tailles Enfant - Fille

ENFANT - GARÇON

 Guide de Taille Enfant - Garçon

ENFANT - CHAUSSURES

Guide de Taille Enfant - Chaussures

FEMME - CHAUSSURES 

Guide Taille Femme Chaussures

HOMME - CHAUSSURES

Guide de Tailles Homme Choses

LES PERLES DANS LA CULTURE AFRICAINE

L'intégration parfaite des perles dans les traditions artistiques indigènes du monde entier démontre leur indéniable polyvalence. Le fait de se concentrer sur l'art africain révèle des points communs entre les cultures du monde

QUE SONT EXACTEMENT CES PERLES ?

Les perles sont le plus souvent petites et sphériques, fabriquées à partir de matériaux recherchés en raison de leurs qualités telles que la couleur, la brillance ou la rareté. Par définition, les perles sont percées d'un trou afin de pouvoir être enfilées ensemble ou attachées à une surface par diverses techniques, et elles font partie des premiers objets décoratifs fabriqués par l'homme : des archéologues travaillant dans la grotte de Blombos en Afrique du Sud ont récemment découvert quarante et une perles de coquillages marins (Nassarius kraussianus) fabriquées il y a environ soixante-quinze mille ans.

perle de verre africaine

L'étude de ces petits objets précieux donne un aperçu fascinant de l'histoire du commerce mondial, nous rappelant que des personnes d'âges, de lieux et de cultures différents peuvent avoir exactement les mêmes objets en tête. Bien que cet article examine principalement l'utilisation des perles de verre dans l'art africain, il reconnaît que les perles sont un moyen d'expression mondial utilisé depuis des millénaires.

LES PERLES DE VERRE, LE DOLLAR DE L'ANTIQUITÉ

Les perles de verre ont servi d'objet de commerce de base depuis l'Antiquité, et au XVIe siècle, la circulation des perles en verre a connu une croissance exponentielle avec le développement du commerce mondial. L'attrait intrinsèque de la perle - ainsi que la facilité avec laquelle une quantité relativement importante pouvait être transportée sous forme de cargaison - en ont fait un article commercial essentiel.

Perle de verre de chevron africaines

Alors que ces perles devenaient un produit de plus en plus populaire, la minuscule île de Murano, située à environ un kilomètre au nord de Venise, en Italie, est devenue la capitale mondiale de la fabrication de perles de verre. En 1606, on comptait 251 entreprises de fabrication de perles rien qu'à Murano, et les verriers vénitiens auraient fabriqué quelque cent mille variétés différentes de types et de modèles de perles pour l'exportation mondiale.

Les perles de verre ont été facilement incorporées dans de nombreuses traditions artistiques à travers le monde. Dans de nombreuses sociétés d'Afrique subsaharienne, à partir de la fin du XVe siècle, les perles de verre européennes ont remplacé, ou ont été utilisées en même temps que des monnaies fabriquées avec des matériaux d'origine locale comme le coquillage.

Ornement de tete kapkap en perle de verre africaine

Comme c'était le cas dans le Pacifique, l'absence de technologies locales de fabrication du verre signifiait que des sociétés aussi diverses géographiquement que les peuples zoulous d'Afrique du Sud et les Kongo d'Afrique centrale croyaient que les perles étaient produites dans un monde ancestral. Invariablement, la distribution de ces objets précieux était gérée par l'élite de la société, et le travail des perles s'est donc développé comme une expression importante de l'autorité politique.

À partir de la fin du XVe siècle, les perles de corail importées de la Méditerranée ont constitué l'une des principales marchandises du commerce européen avec le Royaume du Bénin, dans l'actuel Nigeria. Toutes les perles de corail et de pierre rouge entrant dans le royaume étaient considérées comme la propriété privée du roi, ou Oba, qui avait le droit exclusif de les distribuer à ses diverses dépendances.

Collier Ethnique Corail Africain

Seul l'oba était autorisé à porter un costume complet de perles qui comprenait, outre une couronne et un collier de perles, une robe perlée, et même des chaussures perlées. Le statut des autres notables à la cour était évident dans la relative somptuosité de leurs vêtements perlés. Ils démontraient matériellement leur proximité avec la personne royale portant des perles. Dans ce cadre, les perles étaient utilisées pour décorer et mettre en valeur le corps humain, pour le transformer en quelque chose de plus que lui-même, un symbole de pouvoir et de richesse.

L'un des éléments essentiels des têtes de portrait en laiton coulé de l'oba est la représentation de ces perles de corail. Dans certaines des premières têtes de portrait, datant du XVIe siècle, il est clair que les perles de corail sont une denrée importante, bien qu'encore relativement rare. Dans l'une de ces têtes du XVIe siècle (en haut à gauche), l'oba est représentée portant de simples colliers de perles, avec un réseau de perles en treillis sur la tête et des cordons de perles encadrant le visage.

Tete de'obe portant des perles de verre africaines

Dans un exemple plus récent datant du XIXe siècle (en haut à droite), le visage est entièrement encadré par des insignes de perles, avec des colliers empilés les uns sur les autres pour atteindre juste en dessous de la lèvre. Deux saillies perlées en forme d'ailes de chaque côté de la couronne sont accentuées par des perles cylindriques individuelles et des grappes sur le réseau en treillis, ce qui donne l'impression que le corps est entièrement vêtu de perles. La comparaison de ces deux sculptures montre la nette augmentation de l'utilisation des perles sur une période de quelques siècles seulement.

LES PERLES CHEZ LES BAMILÉKÉS (GRASSFIELDS)

Dans la région des Grassfields, à l'ouest du Cameroun, les puissants dirigeants des États concurrents sont devenus de grands mécènes de l'art, et le perlage a également exprimé le pouvoir. Chaque chef, connu sous le nom de Fon, commandait de somptueux complexes palatiaux avec des insignes pour lui-même et pour les membres de sa cour.

Trône de Njouteu en perle africaines - Royaume d'Afrique

Un élément majeur du trésor de fon Njouteu dans la chefferie de Bansoa est le trône de Njouteu, qui représente un roi et son épouse debout à l'arrière d'un siège circulaire soutenu par un léopard. La sculpture en bois a été enveloppée dans une fine couche de tissu de raphia tissé localement, et un maître perleur a ensuite appliqué des milliers de perles de verre sur cette surface, l'utilisant comme une toile tridimensionnelle. Les personnages portent même des colliers de perles en chevron vénitiennes à part entière. Il y a jusqu'à huit sortes de perles différentes utilisées dans ce travail - y compris l'omniprésent cauris - ce qui indique que cela aurait vraiment représenté, autant que toute autre chose, le trésor d'un roi.

Collier Africain en Cauris et Coquillages - Royaume d'Afrique

LES PERLES DE TROC EN AFRIQUE AUSTRALE

Nulle part en Afrique, les perles de verre n'ont été intégrées de manière aussi harmonieuse dans les traditions artistiques indigènes qu'en Afrique australe, où les perles ont été importées des siècles avant l'arrivée des Européens. Les perles de verre ont d'abord été commercialisées à travers l'océan Indien jusqu'à la côte de l'Afrique de l'Est, puis à l'intérieur des terres jusqu'à d'importantes citadelles comme le Grand Zimbabwe, entre le septième et le dixième siècle après J.-C.

Une analyse scientifique récente a révélé que ces perles étaient fabriquées au Sri Lanka, en Inde du Sud et dans le golfe Persique, et qu'elles étaient transportées à travers l'océan Indien par des commerçants arabes et swahilis. Les perles de verre européennes n'ont été introduites dans la région qu'au XVIe siècle par des commerçants portugais et néerlandais, et auraient été échangées contre les produits les plus précieux de la région : poussière d'or, cuivre, tabac, ivoire, corne de rhinocéros et écaille de tortue.

Perles de troc - Commerce triangulaire

Avant le milieu du XIXe siècle, les perles de verre restaient extrêmement rares en Afrique australe. Un art vestimentaire et ornemental sophistiqué était déjà en place, basé principalement sur l'utilisation de matériaux organiques tels que les fourrures, les peaux, les plumes, l'herbe, les graines et les coquillages. Les riches particuliers incorporant également des métaux tels que le cuivre, le laiton et le fer.

L'UTILISATION DES PERLES DE VERRE CHEZ LES NDÉBÉLÉS

Cependant, dans le dernier quart du XIXe siècle, les perles de verre avaient soit remplacé, soit été utilisées aux côtés de ces précieux matériaux indigènes. Les perles de verre constituaient la matière première idéale pour les traditions artistiques qui étaient déjà consacrées à l'habillement et à l'ornementation, avec des traditions particulièrement élaborées dans l'habillement des femmes.

Tablier de fille Lighabi

Les peuples Ndebele de l'Afrique du Sud et du Zimbabwe actuels utilisent le perlage comme moyen de marquer les différentes étapes culturelles de la vie d'une femme. Des objets comme le tablier de fille (lighabi), dont l'exemple ci-dessus date du milieu du XXe siècle, étaient conçus pour être portés par des enfants en bas âge, le plus souvent des filles. Cette jupe particulière est formée d'une bande de toile rigide et pliée qui serait nouée autour de la taille, avec une bande supérieure de perles brodées directement sur cette surface.

Un "tissu" de perles en forme de dentelle est suspendu à cette bande supérieure. Il est constitué de bandes individuelles de perles. Ce tissu devait tomber devant l'épaisse rangée de cordons de coton enfilés de perles à graines blanches qui composent la jupe elle-même, augmentant la dimension du vêtement et encourageant le jeu de lumière lorsqu'il est vu en mouvement - une expression de l'exubérance de la jeunesse.

Tablier de femme mariée (ijogolo)

Une esthétique très différente est suggérée par le tablier de femme mariée (ijogolo) montré ci-dessus, également réalisé par un maître perle Ndebele, probablement à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle. Une palette de couleurs plus raffinée, peut-être même digne, est suggérée par le fond de perles blanches, au centre duquel se trouve une forme en "H" en rose et vert vifs. Construite à partir d'un grand morceau de peau de chèvre préparé historiquement par le mari de la porteuse (on a utilisé plus tard de la toile, puis du plastique), la partie supérieure du cuir est roulée et tassée avec de l'herbe sèche. Celle-ci aurait été ramassée à une certaine époque de l'année et aurait été associée à la fertilité, avant l'introduction des perles de verre

Les rabats supplémentaires en bas auraient couvert les genoux. Le panneau central est un peu plus long - décrit comme umama - et représente la "mère des enfants", qui sont à leur tour symbolisés par les rabats latéraux. En plus de ce tablier, une femme mariée aurait porté une cape décorée d'une large bordure perlée sur ses épaules, couvrant ses seins.

Le cap des femmes (peuples Ndebele)

Le motif en "H" que l'on voit sur le tablier symboliserait le plan de la ferme des Ndebele. Cela nous rappelle que lorsque nous voyons de telles œuvres, nous devons tenir compte du contexte dans lequel elles ont été portées - dans ce cas, comme partie d'une œuvre d'art totale des Ndebele qui avait en son centre la ferme, décorée d'une peinture murale géométrique audacieuse.

Pour les Ndebele, le perlage et l'expression de l'identité culturelle par un design géométrique audacieux ont constitué une déclaration politique puissante pendant les périodes de colonialisme et d'apartheid. En effet, au cours du XXe siècle, le perlage en Afrique du Sud est devenu de plus en plus associé à l'expression de l'identité africaine "traditionnelle" précoloniale, et le port du perlage était une déclaration politique destinée à évoquer "un passé africain indépendant".

Collier Ingqosha

Lorsque Nelson Mandela a porté le costume d'un roi Thembu - comprenant une peau de léopard et un collier perlé, similaire au col (ingqosha) montré ci-dessus - lors de son procès en 1962, il a stupéfié la salle d'audience. Le port de ce costume était considéré comme un affront au costume européen et faisait partie de la volonté de Mandela de délégitimer l'autorité d'un tribunal européen en Afrique!

Les perles, en particulier les perles de semence, ayant une forme identique, des techniques de perlage similaires ont été utilisées dans toutes les cultures et sur tous les continents. La robe de la femme sioux (en bas à gauche), par exemple, est confectionnée selon des techniques similaires à celles utilisées pour fabriquer la jupe (isikhakha ou umbhaco) par les peuples Xhosa d'Afrique du Sud (ci dessous  à droite).

robe sioux et jupe sud-africaine umbhaco

La technique de la bordure à deux perles, par laquelle deux perles sont utilisées pour faire un bord décoratif, est employée à la fois par l'artiste Ndebele pour finir les cordons de la jupe de la jeune fille décrite ci-dessus, et dans un autre exemple par un artiste iroquois, pour finir le bord d'une poche (en bas à droite) quelque temps plus tôt au XIXe siècle.

Dans un autre exemple, les motifs observés sur la cape d'une jeune fille Stoney du Canada au XIXe siècle (en bas à gauche) rappellent le type de motifs que l'on peut trouver dans les ouvrages perlés d'Afrique australe, ce qui suggère que certains types de géométrie peuvent être inscrits dans la forme de la perle elle-même.

Vetements sud africains: Cap de femme en perle

De nos jours, l'art des perles dans nos traditions africaines est toujours présent. Comme nous venons de le voir, il fait profondément partie de notre histoire et mérite de ce fait d'être davantage développé et valorisé. Nous vous invitons donc à découvrir notre collection de colliers africains, faits de toutes sortes de perles de verre et de coquillages, par des artisans africains.

Collection colliers africains  - Royaume d'Afrique 

ARTICLES CONNEXES

COMMENT LAVER UN TISSU AFRICAIN ?

En raison du processus de conception, le tissu imprimé africain est délicat et nécessite un entretien approprié pour éviter de perdre son éclat. Voici quelques points à garder à l'esprit...

En savoir plus

TOUT SAVOIR SUR LE CAMEROUN

Encore appelé Afrique en miniature, le Cameroun est un pays très connu sur tout le continent. Aujourd'hui, nous vous présenterons de fond en comble la richesse culturelle, démographique, et même géographique de...

En savoir plus

TOUT SAVOIR SUR LE SÉNÉGAL

Aujourd'hui nous parlerons du royaume de la Téranga. La région  faisait autrefois partie de l'empire ouest-africain du Mali, du Ghana et du Tekrur. Découvrez notre guide ultime sur le Sénégal, territoire...

En savoir plus

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré